3 min de lecture

Les Chambres du Parlement britannique ont donné leur bénédiction pour le Brexit et le Parlement européen a également approuvé l’accord de sortie. Le Royaume-Uni a ainsi franchi le dernier obstacle avant son départ de l'Union européenne le 31 janvier 2020. Pendant une période de transition de 11 mois, l'UE et le Royaume-Uni tenteront de trouver un accord sur leurs nouvelles relations commerciales.

Dans l’intervalle, tout restera "comme avant". Qu'est-ce que cela changera pour nos entreprises belges ? Le danger d'un Brexit dur sera-t-il alors écarté ? Découvrez-le ici.

Brexit vlaggen
Des problèmes dûs au Brexit ? Un conseil en or : parlez à votre banquier à temps.

La Belgique entretient des relations commerciales très étroites avec le Royaume-Uni. Pour l'exportation et pour l'importation de biens et de services, le Royaume-Uni est notre 4e et 5e partenaire commercial. Il va sans dire qu'un divorce difficile – un "Brexit dur" – aurait un impact majeur sur le fonctionnement opérationnel et/ou les chiffres de vente de nombreuses entreprises.

Il ne faut pas chercher bien loin pour en trouver les raisons :

  • augmentation des tarifs commerciaux
  • volatilité des taux de change
  • multiplication des formalités douanières
  • baisse de la demande de produits et de services
  • différences entre les futures législations
  • ...

Pour l'instant, rien ne garantit qu'un Brexit dur sera évité. Pendant la période de transition qui a débuté le 1er février, un travail politique important devra être effectué pour bien gérer la séparation. Le Royaume-Uni et l’UE vont-ils se séparer après le 31 décembre 2020 ou rester intégrés ?

Febelfin suit de près ce processus. Nous sommes en contact avec d'autres fédérations sectorielles afin d’étudier les conséquences du Brexit au niveau sectorial et - si nécessaire - de discuter de mesures de soutien.

Si vous deviez, en tant qu'entrepreneur/neuse, rencontrer certains problèmes à cause du Brexit, nous vous conseillons d’en discuter avec votre banque dès que possible. Plus vite elle sera informée, plus vous aurez de possibilités de trouver avec elle une bonne solution.

Et quid des consommateurs ?

En tant que consommateur/trice belge, le Brexit a peu d'impact sur vos activités bancaires au quotidien.

Même en vacances au Royaume-Uni, par exemple, vous pourrez continuer à payer et à retirer de l'argent avec votre carte de débit et de crédit belge.

Ce sera une autre histoire si vous êtes client/e d'une banque britannique ou si vous voulez investir dans des instruments financiers britanniques :

  • une banque britannique devra avoir ouvert une succursale sur le continent européen (Belgique) afin de pouvoir continuer à servir ses clients,
  • quant à savoir si les consommateurs pourront investir dans des instruments financiers émis ou cotés au Royaume-Uni, cela dépendra de la conformité de ces instruments aux règles de l'UE après un éventuel Brexit dur. Les banques informeront clairement leurs clients à ce sujet.
go to top