La fin des frais supplémentaires pour les paiements électroniques grâce à la PSD 2

9 Août 2018

Payer des achats? Avec la carte bancaire ou le smartphone bien sûr !

Du fait de l’entrée en vigueur de la directive européenne sur les paiements, la PSD 2 (Payment Services Directive), les commerçants ne pourront plus, à partir d’aujourd’hui, imputer de frais supplémentaires (ou surcharging) aux clients qui paient par voie électronique, qu’il s’agisse de paiements en ligne ou en magasin. Grâce à ce changement, un client aura donc désormais une raison de plus de payer ses achats par voie électronique.

Les avantages du paiement électronique

Les avantages des paiements électroniques sont multiples : ils sont faciles, rapides et toujours disponibles.

En outre, un paiement électronique – qu’il soit en ligne, mobile ou par carte - est beaucoup plus sûr qu'un paiement en espèces.

Le consommateur ne se promène pas avec des billets et de la monnaie qui peuvent être perdus ou volés. Par contre, s’il perd sa carte, il peut immédiatement la bloquer. Le commerçant s’y retrouve aussi : ayant moins d'argent en caisse, il est moins susceptible d'être braqué.

Enfin, un paiement électronique coûte moins cher à la société. Les espèces doivent en effet être imprimées, comptées, diffusées, contrôlées, retirées de la circulation en cas de détérioration, transportées par transports de valeurs hautement sécurisés ... Ces coûts n’existent pas dans le cas des paiements électroniques.

Le fait que la PSD 2 prévoie une interdiction du surcharging, aucun coût supplémentaire ne pouvant plus être imputé pour les paiements électroniques, renforce encore l’avantage de ce mode de paiement. A partir de maintenant, il n’y a donc plus vraiment de raison de ne pas opter pour le paiement électronique.

Pour plus d’informations

Toutes les informations sur l'interdiction de surcharging sont disponibles dans le Q&A du SPF Economie.

Pour de plus amples informations, vous pouvez vous adresser à Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, via press@febelfin.be ou au numéro de presse central 02 507 68 31.

Plus sur: