6 min de lecture
kredietverlening aan bedrijven

L’encours des crédits s'élève à 162,6 milliards d’euros. Légère contraction de la demande et du nombre de nouveaux crédits

Fin juin 2019, les crédits octroyés par les banques belges aux entreprises ont atteint un nouveau record : 162,6 milliards d'euros.

Cette tendance ne se reflète pas au niveau du nombre de crédits sollicités. Au contraire, les entreprises ont demandé moins de crédits au deuxième trimestre de 2019 qu'à la même période en 2018. Selon l'enquête de conjoncture de la Banque nationale de Belgique (BNB), ce recul de la demande est lié à une baisse de la confiance des entreprises.

Du fait de la baisse de la demande, les banques ont accordé moins de nouveaux crédits. Néanmoins, les entreprises ont clairement indiqué qu'elles ne rencontraient plus de freins au crédit dans le cadre de leurs demandes. Le degré de refus au deuxième trimestre de 2019 est le même qu'au deuxième trimestre de 2018. Par rapport à l'ensemble des deuxièmes trimestres, il s'agit du niveau le plus bas depuis le début des mesures en 2009.

crédits aux entreprises

Les entrepreneurs sollicitent moins de crédits; des incertitudes plombent la confiance des entreprises

Au deuxième trimestre de 2019, les entrepreneurs ont demandé 4,0 % de crédits de moins que durant la même période l'an dernier. En termes de montant, la baisse est de 5,6 %.

Courbe dessaisonalisé et lissé

Selon l'enquête de conjoncture de la BNB, la confiance des entreprises a encore baissé en juin 2019. Quelle en est la raison ? De nombreuses incertitudes : les conflits commerciaux, la crainte d'un Brexit dur, la situation politique en Belgique...

La courbe désaisonnalisée et lissée reflète la tendance conjoncturelle sous-jacente. Une courbe descendante indique un affaiblissement de la confiance des entreprises.

La baisse de la demande de crédits peut s'expliquer par cette baisse de confiance des entreprises.

Encours des crédits aux entreprises

Le nombre de nouveaux crédits se stabilise; le nombre d’encours augmente moins sensiblement

L'encours des crédits aux entreprises[1] a augmenté de 4 % entre mi-2018 et mi-2019. Avec 162,6 milliards d'euros, il a atteint un nouveau record fin juin 2019.

Y compris les crédits d'engagement, tels que les crédits de garantie et les crédits documentaires.

crédits aux entreprises production

Cependant, le nombre de nouveaux crédits accordés au deuxième trimestre de 2019 s'est stabilisé par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente. Le montant a quant à lui diminué de 2,4 %.

Taux d'utilisation des crédits autorisées

La réduction de la production de crédit au deuxième trimestre de 2019 va de pair avec une augmentation de l'encours des crédits (quoique cette augmentation se soit contractée). Pourquoi cette corrélation ?

  • D'un point de vue statistique, il est logique que l'effet de base observé dans la production de crédit n'ait qu'un impact limité sur l'ensemble de l’encours des crédits. En effet, les crédits accordés précédemment ont un effet tampon sur l’encours total.
  • Le graphique ci-dessous montre que les crédits à long terme aux sociétés non financières représentent une part croissante du total. En conséquence, il y a moins de "rotation" dans le volume des crédits et il peut y avoir une augmentation de l’encours total des crédits en cas de croissance plus modérée de la production de crédit.
Encours des crédits selon la durée
  • Le degré d'utilisation des crédits accordés aux sociétés non financières a atteint un niveau très élevé à la mi-2019. En d'autres termes, au cours du deuxième trimestre 2019, les entreprises ont fait un usage intensif de leurs lignes de crédit existantes.
Refus

Les entreprises rencontrent peu d'obstacles dans le cadre de leurs demandes de crédit

Le degré de refus au deuxième trimestre de 2019 se situait au même niveau qu'au deuxième trimestre de 2018. Par rapport à l'ensemble des deuxièmes trimestres, il s'agit du niveau le plus bas depuis 2009.

Perception de la contrainte de crédit

Les entreprises belges ont également indiqué dans l'enquête périodique de la BNB qu'elles rencontraient moins de freins au crédit. La perception des freins au crédit est historiquement faible. En avril 2019, 5,1 % des entreprises considéraient les conditions de crédit comme défavorables. En juillet 2019, ce taux était tombé à 4,0 %.

Une diminution dans le graphique ci-dessous montre l'amélioration systématique de la perception des freins au crédit. Plus la courbe est basse, moins les entrepreneurs estiment être confrontés à des freins au crédit.

En raison de la politique monétaire souple de la BCE, il y a beaucoup de liquidités sur le marché, ce qui signifie que les banques peuvent accorder du crédit assez facilement.

Taux d'intérêt sur les nouveaux crédits et taux moyen pondéré

Les entreprises empruntent à des taux favorables

La politique monétaire souple de la BCE se reflète également dans les taux d'intérêt des crédits aux entreprises.

Selon les données de la BNB, le taux d'intérêt moyen pondéré sur les nouveaux crédits aux entreprises est tombé à un nouveau plancher de 1,46% en juillet 2019.

Qu'est-ce que le baromètre des crédits de Febelfin ?

Le baromètre des crédits de Febelfin retrace l'évolution des demandes de crédit, de la production de crédit ou des nouveaux crédits octroyés, de l’encours total des crédits et du degré de refus. Ce baromètre trimestriel couvre la quasi-totalité du marché. 

go to top