5 min de lecture

Les banques continuent de soutenir les consommateurs et les particuliers

  • Deux tendances financières claires émergent de la crise du corona :
    • les Belges adaptent leur comportement de paiement;
    • la crise a un impact considérable sur les finances de très nombreuses personnes : les demandes de report de paiement continuent d'augmenter.
  • La diminution du nombre des paiements par carte dans un point de vente physique est moins prononcée que celle des retraits en espèces : cela indique que les consommateurs préfèrent actuellement payer leurs achats par voie numérique.
  • Les paiements sans contact ont explosé après le relèvement des limites : 29 % de l’ensemble des paiements par carte sont effectués sans contact.
  • A partir du 11 mai 2020, les mesures de confinement seront assouplies et tous les magasins rouvriront leurs portes. Febelfin demande que les paiements digitaux (par carte et smartphone) se poursuivent autant que possible. Le paiement numérique - et surtout sans contact - est le moyen de paiement le plus hygiénique et le plus sûr.
  • Le secteur financier continue de soutenir pleinement les consommateurs, les entreprises et les indépendants qui sont sous pression financière du fait de la crise du coronavirus. D'une part en accordant des reports de paiement (aux consommateurs, aux entreprises et aux indépendants) pour des crédits existants, d'autre part en octroyant de nouveaux crédits (aux entreprises).
    • Les banques ont déjà accordé plus de 107.000 reports de paiement pour les prêts hypothécaires.
    • Concernant les crédits aux entreprises, ce sont plus de 116.000 reports de paiement qui ont été jusqu’à présent accordés. Par ailleurs, plus de 20.000 nouveaux crédits ont été octroyés pour un montant de plus de 4,5 milliards d'euros au mois d'avril.

Les banques soutiennent l'économie en ces temps difficiles

Les banques continuent de soutenir les consommateurs, les entreprises et les indépendants qui sont sous pression financière du fait de la crise du coronavirus. Au cours des cinq dernières semaines, par exemple, soit depuis l’entrée en vigueur de la charte le 31 mars 2020, elles ont accordé plus de 107.000 reports de paiement à des particuliers pour leurs crédits hypothécaires. Ceci concerne un volume total sous-jacent de crédits de 11 milliards d'euros, soit une moyenne de 102.500 euros par crédit.

En outre, elles ont accordé depuis le 31 mars plus de 116.000 reports de paiement pour des crédits aux entreprises. Le volume total sous-jacent de crédits correspondant s’élève à 18 milliards d'euros, soit une moyenne de 153.000 euros par crédit. Plus de 80 % du nombre de reports de paiement ont été accordés à des PME et des indépendants.

Par ailleurs, les banques ont soutenu l'économie belge en accordant 4,5 milliards d’euros de nouveaux crédits depuis le début du mois d'avril. Elles ont ainsi aidé de nombreux entrepreneurs à garder la tête hors de l'eau. Les banques leur ont apporté cette aide sous la forme de 20.800 nouveaux crédits aux entreprises (avec et sans garantie de l'État). 17.879 crédits ont ainsi été accordés aux PME (indépendants inclus) et 2.898 aux grandes entreprises.

En mars et en avril 2020, l’octroi de crédit est demeuré stable comparativement aux mêmes mois de l’année précédente.Conjointement avec les entrepreneurs, les banques examinent la situation actuelle, l'évolution et les conséquences de cette crise. Dans le cadre de l'octroi de nouveaux crédits, elles examinent dès lors chaque demande individuellement, le constat étant que le degré d'approbation historique d'environ 95 % continue de s'appliquer dans les conditions actuelles de cette crise.

Les chiffres des reports de paiement et des nouveaux crédits montrent que les banques répondent à l'appel du ministre des Finances, Alexander De Croo, de garder le robinet des crédits ouvert pour ceux que la crise du coronavirus expose à des difficultés financières. Le secteur financier entend continuer de jouer son rôle dans l’économie, y compris – et même surtout – en cette période exceptionnelle.

Les personnes qui rencontrent des problèmes financiers du fait de la crise du coronavirus sont invitées à contacter leur banque au plus vite afin de trouver ensemble des solutions appropriées.

Evolution paiements par carte et retraits d'argent
Source : Febelfin et Worldline (issuing)

Le Belge paie de plus en plus par voie numérique

Afin d’endiguer la propagation du coronavirus, les commerçants et les banques demandent à leurs clients de payer le plus possible par voie numérique. Payer par carte et par smartphone est en effet un moyen extrêmement sûr et hygiénique de régler ses achats, d’autant plus si l’opération est effectuée sans contact. Les Belges ont entre-temps adapté leur comportement de paiement en conséquence.

La part des paiements par carte sans contact a considérablement augmenté. Depuis que les limites ont été relevées, le 14 avril, plus d'un paiement par carte sur quatre (29 %) est traité sans contact. Cela représente quasiment un doublement par rapport à février de cette année (16 %).

Dans la mesure où un grand nombre de magasins étaient fermés jusqu’à présent, du fait du confinement, le nombre total de paiements par carte effectués dans un point de vente physique a bien sûr diminué. Toutefois, la baisse du nombre de retraits d'espèces s'est poursuivie de manière encore plus marquée. Cela semble indiquer que les Belges préfèrent actuellement utiliser davantage leur carte que de payer en espèces. Febelfin demande que le paiement digital (par carte et smartphone) reste de mise autant que possible, surtout que tous les magasins rouvrent leurs portes à partir du 11 mai.

Ces chiffres se retrouvent également dans le coronamonitor. 

go to top