2 min de lecture

Worldline et Febelfin demandent aux consommateurs de ne jamais partager leurs données bancaires via sms, e-mail, réseaux sociaux, …

Ces derniers jours, des sms circulent demandant aux personnes de (dé)bloquer d’urgence leur carte bancaire. L’expéditeur de ces messages : Card Stop. Or, il s’agit de messages erronés qui n’émanent nullement de Card Stop mais bien de fraudeurs.

Le lien indiqué dans le sms conduit vers un faux site web sur lequel les personnes doivent compléter leurs données bancaires. Le risque de fraude est alors très élevé.

La technique utilisée par les fraudeurs est une variante du phishing. C’est ainsi que les fraudeurs parviennent à récupérer les données bancaires de leurs victimes. Leur modus operandi est le suivant : envoyer un message qui contient un lien renvoyant vers un faux site web, presque parfaitement identique au site légitime.

Le plus souvent, la technique se base sur l’envoi d’un e-mail, mais les fraudeurs utilisent de plus en plus souvent des messages via les réseaux sociaux ou, dans ce cas-ci, via des sms. Il existe même un nom spécifique pour ce phishing via sms : le smishing.

Se protéger contre le smishing peut se faire de la même manière que contre le phishing : 

  1. Ne communiquez jamais votre code pin ou tout autre code bancaire via téléphone, e-mail ou réseaux sociaux. Les banques ne vous demanderont jamais ce type d’information. De même, Worldline, le gestionnaire de Card Stop, ne vous le demandera jamais non plus.  
  2. Ne prenez pas en compte les messages qui vous redirigent vers un (faux) site de paiement ou vers une app ou un site (contrefait) de votre banque.
  3. N’effectuez de virements que par l’intermédiaire de l’app habituelle de votre banque sur votre smartphone ou via le site web sécurisé de votre banque.

Pour celles et ceux qui se seraient cependant laissés prendre, veuillez suivre les étapes suivantes le plus rapidement possible :

  1. Prenez contact avec votre banque.
  2. Prévenez Card Stop (www.cardstop.be ou au 070 344 344) si vous avez également fourni des données de votre carte.
  3. Changez vos codes.
  4. Déposez plainte auprès de la police.
go to top