6 min de lecture

La crise du coronavirus est non seulement une crise humanitaire, mais également un coup dur économique pour les citoyens et entreprises. Les banques n'épargnent aucun effort pour apporter leur aide. Elles travaillent d'arrache-pied pour répondre aux besoins les plus pressants, tout en veillant à leurs propres solidité et résistance à long terme. Après une semaine, les banques belges ont déjà accordé un report de paiement pour plus de 46 000 crédits professionnels. Les banques ont également accordé à 40.000 particuliers un report de paiement de leur crédit hypothécaire. Soit, une marge de manœuvre supplémentaire d’un milliard d’euros dans notre économie.

La crise du coronavirus fait vaciller notre société sur ses fondations. C'est une période difficile, causant beaucoup d'angoisse, d'incertitude et de douleur . Les banques tiennent à exprimer leur solidarité envers tous ceux et celles qui sont touchés par cette situation de près ou de loin.

Les conséquences financières de la crise du coronavirus sont également sans précédent. D'après les chiffres les plus récents de la ministre de l'Emploi, Nathalie Muylle, la Belgique compte actuellement 1,25 million de personnes en chômage temporaire, qui conservent 70 % de leur salaire. Il ressort d'une enquête de la Banque nationale que les entreprises belges enregistrent une chute de leur chiffre d'affaires d'un tiers en moyenne.

Les banques belges comprennent parfaitement la gravité de la situation et n'épargnent aucun effort pour aider un maximum de citoyens et d'entreprises à traverser cette période difficile. Ces dernières années, les banques ont tout mis en œuvre pour disposer d'une base saine et constituer les tampons financiers nécessaires en prévision de crises éventuelles. Aujourd'hui aussi, les banques restent conscientes des enjeux à venir, et veillent consciencieusement à maintenir leur capacité à accorder des crédits au cours des prochaines années, conformément à leur rôle sociétal.

Le rôle sociétal des banques

Le rôle et la raison d'être des banques peuvent être résumés en trois phrases. En convertissant l'épargne en crédits, les banques aident les individus à réaliser leurs rêves (comme l'achat de leur propre habitation, par exemple). Les banques utilisent également les avoirs qui leur sont confiés pour aider les entreprises à investir. Une troisième tâche essentielle des banques consiste à garder l'épargne en sécurité pour les moments difficiles. Il est évident que nous sommes actuellement au beau milieu d'une telle période.

Un équilibre nécessaire

Pour les banques, il est essentiel de maintenir un équilibre correct entre le souhait d'aider autant que possible les personnes et entreprises qui connaissent actuellement des difficultés financières, et la nécessité de demeurer un port d'attache suffisamment sûr et robuste afin de gérer en toute sécurité l'épargne qui leur a été confiée. Car les clients comptent aussi, et à juste titre, sur cette attitude, dans les bons et les mauvais moments. Le secteur financier a d'ores et déjà pris les mesures requises pour aider les personnes et entreprises, honorant ainsi pleinement ses tâches fondamentales.

Comment les banques aident-elles les consommateurs ?

Le remboursement du crédit hypothécaire représente une part conséquente du revenu du ménage et se chiffre en moyenne à un quart du budget mensuel disponible. Si, par exemple, le revenu du ménage diminue en raison d'une période de chômage, il devient plus difficile de respecter ces engagements. Les particuliers répondant à certaines conditions ont droit à un report de paiement de leur crédit hypothécaire, à concurrence de six mois maximum. Il ressort des premiers chiffres que les clients ont bien compris qu'ils pouvaient s'adresser à leur banque. Maintenant que les systèmes sont au point et que tous les employés de bureau sont parfaitement informés, le traitement suit son cours au sein des banques. Le 8 avril, les banques belges avaient déjà approuvé 40.000 demandes de report de paiement. Il est important de savoir que les consommateurs peuvent encore formuler une demande au cours des mois à venir. Les banques sont à pied d'œuvre pour traiter ces demandes dans les plus brefs délais.

Comment les banques aident-elles les entreprises ?

Les banques aident aussi les entreprises et les indépendants qui rencontrent des difficultés de paiement liées à la crise du coronavirus. Pour les entreprises ayant besoin de nouveaux crédits supplémentaires, un régime de garanties a été mis en place en collaboration avec les autorités, pour un montant total de 50 milliards d'euros.

Les entreprises et indépendants viables peuvent en outre demander un report du remboursement de capital pour leurs crédits actuels jusqu'au 31 octobre 2020 inclus, sans que des frais soient imputés. 46.000 crédits professionnels ont déjà bénéficié d’un report de paiement.

Les entreprises doivent toutefois continuer à payer les intérêts pendant cette période de report du remboursement de capital. Le paiement des intérêts n'est pas suspendu pour trois raisons.

  1. Vu les faibles taux d'intérêt actuels, la part des intérêts dans la somme à rembourser est limitée. C'est surtout le report du remboursement de capital qui accorde un certain répit à l'entreprise.
  2. Ainsi, les paiements d'intérêts demeurent également déductibles des impôts des entreprises concernées.
  3. Dans les entreprises, la problématique des liquidités est envisagée sous une autre perspective. Les différents crédits et autres sources de financement sont réexaminés à la lumière du fonctionnement d'une entreprise, puis restructurés dans leur ensemble si nécessaire. Dans le cadre de ces ajustements, le facteur déterminant ne concerne généralement pas les intérêts, mais bien les remboursements de capital.

Il est essentiel de maintenir la collaboration

Nous ne voyons pas encore la fin de la crise du coronavirus se profiler à l’horizon, mais les banques sont sur la brèche pour continuer à soutenir l'économie au travers d'efforts conjoints. La collaboration joue donc un rôle essentiel, et tout le monde doit apporter sa pierre à l'édifice. L'union fait la force : ce n’est que grâce aux efforts de tous les acteurs sociaux que nous pourrons surmonter cette crise sans précédent.

go to top