Investir

  • Depuis le samedi 21 juillet 2018, les personnes qui lancent une opération de financement participatif ne sont plus tenues d’établir un prospectus si elles souhaitent collecter moins de 5 millions EUR. Jusqu’à présent, un tel document d’information détaillé était obligatoire pour les opérations à partir de 300.000 EUR. Febelfin se félicite de l’assouplissement de la Loi relative au prospectus. Grâce aux efforts du gouvernement, les PME peuvent accéder plus aisément au marché du financement alternatif. La nouvelle loi constitue dès lors un coup de pouce bienvenu pour les entrepreneurs cherchant du capital à risque.

  • Dans notre société actuelle, la demande d’investissements durables se fait de plus en plus insistante. Ainsi, pas moins de deux tiers des investisseurs ne tiennent plus seulement compte des aspects financiers d’un investissement, mais prennent aussi de plus en plus souvent en considération des critères éthiques, sociétaux, sanitaires et climatologiques au moment de décider d’un placement.

  • Le secteur financier belge consulte différentes parties prenantes dans le cadre d’une proposition visant une norme de qualité pour des produits financiers durables. Cette norme prévoit un label de durabilité et une série d’exigences minimales auxquelles un tel produit doit satisfaire.

    Toutes les personnes intéressées peuvent dès aujourd’hui, 25 avril 2018, surfer sur le site internet de Febelfin pour y consulter la proposition de norme de qualité, y déposer leurs commentaires éventuels et y compléter une brève enquête.

  • Outre le nombre d'épargnants, l’encours de l'épargne dans les fonds d’épargne-pension atteint également un nouveau record historique sous l’impulsion de souscriptions nettes auxquelles se sont ajoutées des hausses de cours enregistrées par les actifs sous-jacents. Le nombre de participants à des fonds d’épargne-pension est supérieur de plus de 20 % à celui noté fin 2012. Les actifs nets des fonds d'épargne-pension ont augmenté de 7 milliards EUR (+55,5 %) au cours des cinq dernières années.

  • Au quatrième trimestre 2017, le secteur belge des fonds a enregistré une progression de 2,3 % sous l’impulsion de souscriptions nettes. Fin décembre 2017, l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 194,4 milliards EUR.

  • Mercredi 3 janvier 2018 a marqué l’entrée en vigueur de la Directive MiFID II axée sur les investisseurs. En résumé, disons qu’il s’agit d’une Directive européenne qui fixe les règles du jeu à suivre par les institutions financières dans le cadre de l’offre de produits d’investissement ou de la prestation de conseils en placement. Mais, la MiFID, c’est bien plus que cela… Nous vous expliquons tout dans notre toute dernière brochure.

  • Mercredi 3 janvier 2018 marquera l’entrée en vigueur de la Directive MiFID II axée sur les investisseurs. En résumé, disons qu’il s’agit d’une Directive européenne qui fixe les règles du jeu à suivre par les institutions financières dans le cadre de l’offre de produits d’investissement ou de la prestation de conseils en placement. 

    Mais il y a tellement plus à en dire … que, dans un souci d’exhaustivité, nous nous proposons de vous expliquer cette directive en trois épisodes. Et aujourd’hui : profil d’investisseur et questionnaires.

  • Au troisième trimestre 2017, le secteur belge des fonds a enregistré une progression de 4,2 % sous l’impulsion de souscriptions nettes combinées à des hausses de cours des actifs sous-jacents. Fin septembre 2017, l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 190,0 milliards EUR.

  • Mercredi 3 janvier 2018 marquera l’entrée en vigueur de la Directive MiFID II axée sur les investisseurs. En résumé, disons qu’il s’agit d’une Directive européenne qui fixe les règles du jeu à suivre par les institutions financières dans le cadre de l’offre de produits d’investissement ou de la prestation de conseils en placement. Mais il y a tellement plus à en dire … que, dans un souci d’exhaustivité, nous nous proposons de vous expliquer cette directive en trois épisodes. Et aujourd’hui : pourquoi la MiFID II est-elle une bonne chose pour l’investisseur ? 

  • L’année nouvelle débutera d’ici quelques semaines. Comme de coutume, il faut s’attendre à un certain nombre de changements dans les domaines financier et économique. 2018 ne faillira pas à la tradition. Voici dans l’ordre chronologique les principaux chantiers prévus.

Pages