6 min de lecture

Fin septembre a débuté la troisième édition du Funds Insiders Forum, un événement de networking pour les professionnels des fonds. Notre CEO, Karel Baert, y a été invité afin d’aborder la question de la durabilité sur le marché belge des fonds. Etaient ainsi mis à l’ordre du jour : le label belge « Towards Sustainability » et l’offre de produits financiers durables de manière générale. Nous avons profité de cette occasion pour lui poser trois questions afin d’en savoir plus sur ces sujets.

Febelfin a développé, en collaboration avec les parties prenantes au sein du secteur financier et en dehors, un label de durabilité appelé « Towards Sustainability ». Pourquoi ce label est important ?

« Febelfin a en effet développé une norme de qualité, incarnée par le label Towards Sustainability, en février 2019 afin d'assurer la clarté et la transparence concernant les investissements durables.

Nous savons tous que la durabilité occupe une place de plus en plus importante dans notre société.

Les consommateurs attachent une importance grandissante pour le caractère durable et sain des produits qu’ils achètent et utilisent. Les producteurs et les entreprises en sont bien conscients et ajustent leur offre de produits en fonction.

Toutefois, il n’est pas toujours facile pour les consommateurs de savoir si un produit est vraiment durable ou non. Il y a toujours un risque de greenwashing.

C’est la même chose pour les produits financiers durables. De plus en plus, les consommateurs veulent savoir où va leur argent, quelles sont les entreprises financées, etc.

Ces dernières années, les investissements durables ont véritablement suscité l’engouement. Par exemple, l’on retrouve actuellement plus de 2400 produits financiers durables sur le marché européen. Le revers de la médaille, c’est que l’on voit une grande diversité dans la définition de la durabilité par les gestionnaires de fonds.

Le problème avec cette diversité, c’est qu’il y a toujours un danger de greenwashing. De plus, cela apporte de la confusion pour les investisseurs. Ce n’est en effet pas toujours facile de comprendre comment et pourquoi un produit financier est considéré comme durable.

C’est pourquoi nous avons développé l’initiative Towards Sustainability. L’objectif était premièrement de définir des exigences minimales pour les produits financiers durables (la norme de qualité) et deuxièmement de fournir un outil pour les investisseurs pour les guider dans leur recherche de produits durables. C’est pour cela qu’un label et un site internet ont été créés.

Notre ambition n’est pas que le label constitue une norme de niche ne permettant que des investissements vert foncé et/ou dont les énergies fossiles sont bannies. Il importe également que les produits d’investissement certifiés – que nous espérons de plus en plus nombreux – soient adaptés à tous les types d'investisseurs et couvrent un large éventail de placements. »

Utilisation trompeuses d’arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques dans des opérations de marketing ou de communication.

Febelfin continuera de sensibiliser ses membres à l’importance de l’intégration de la durabilité et des facteurs ESG dans leurs décisions d’investissement.
Karel Baert

En quoi le label permet de prévenir le greenwashing ?

« L’une des principales raisons de la création de la norme de qualité et du label a été la prévention du greenwashing. Celui-ci est néfaste pour les investisseurs mais aussi pour le secteur financier.

Le greenwashing est certainement encore une réalité mais les produits durables font l’objet d’une attention accrue de la part de l’Union Européenne et du superviseur national, la FSMA. Il devrait ainsi s’atténuer de plus en plus.

Si l’on prend l’exemple du label Towards Sustainability, il est devenu difficile de commercialiser sur le marché belge des produits financiers dits « durables » si ceux-ci ne portent pas le label.

Et pour éviter le greenwashing au sein même de ce label, sa supervision est totalement indépendante. Ce n'est pas Febelfin qui attribue les labels, mais l'agence de labellisation indépendante CLA, une entité juridique indépendante. Febelfin et le secteur financier sont certes représentés au sein de cet organe, mais ils ne sont pas majoritaires. Enfin, le contrôle est réalisé avec l'appui du monde académique. »

Quelles sont les prochaines étapes au niveau de Febelfin pour stimuler les investissements dans les produits durables ?

« Febelfin continuera de sensibiliser ses membres à l’importance de l’intégration de la durabilité et des facteurs ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) dans leurs décisions d’investissement.

C’est vraiment un aspect crucial du rôle sociétal du secteur financier. Le secteur apporte ainsi sa contribution à la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris et des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

Le Pacte Vert de l’Union Européenne compte aussi sur le secteur pour financer la transition vers une Europe neutre pour le climat d’ici à 2050.

L’offre de produits durables, répondant aux critères ESG, est un élément dans l’accomplissement de ce rôle sociétal et c’est aussi une façon d’impliquer le consommateur. »

L’accord de Paris définit un cadre mondial visant à éviter un changement climatique dangereux en limitant le réchauffement de la planète à un niveau nettement inférieur à 2 °C et en poursuivant les efforts pour le limiter à 1,5 °C.

Les objectifs de développement durable sont un appel à l’action de tous les pays afin de promouvoir la prospérité tout en protégeant la planète.

Le Pacte vert pour l'Europe définit des initiatives politiques visant à aider l'UE à atteindre son objectif de neutralité climatique à l'horizon 2050.

go to top