9 min de lecture
Contactless_secure_payment
  • Des voleurs qui opèrent en s’approchant des gens et en tenant un terminal sans fil contre la poche ou le sac à main de leurs victimes (cf. l’expérience dans l’émission Factcheckers) pour utiliser leur carte de paiement sans contact et leur dérober de l'argent, cela n’arrive quasiment jamais en pratique. Il n’y a d’ailleurs pas de cas connus en Belgique.
  • D’autant que s’il achète un tel terminal, le fraudeur peut être facilement identifié et tracé. Le risque de se faire prendre est donc élevé et le butin potentiel, très limité. Les risques inhérents à cette forme de fraude sont considérables pour le fraudeur au regard du rendement possible.
  • Cette forme de fraude présente une faisabilité limitée : une carte de paiement se trouve souvent rangée entre d'autres cartes dans un portefeuille ce qui complique la connexion entre la puce de la carte et le terminal frauduleux.
  • Les paiements sans contact sont de plus en plus courants : en décembre 2021, 57,70 % de tous les paiements par carte de débit en magasin étaient réalisés sans contact. À titre de comparaison, en février 2020, ce chiffre n'était que de 16 %. Ce type de paiement a donc plus que triplé en moins de deux ans.
  • Cette utilisation fréquente de la carte de paiement sans contact, associée à l'absence de signalements de fraude, démontre qu'il s'agit d'un moyen de paiement très convivial et sûr.
  • En outre, en tant que consommateur-trice, vous êtes bien protégé-e en cas de fraude via un paiement sans contact.

De plus en plus de personnes paient sans contact. Pour les petits et les gros montants, elles tiennent leur carte près du terminal du magasin, saisissent ou non leur code PIN et le paiement est effectué. C'est facile et super rapide. Mais est-ce sûr ? Certains semblent en douter. A tort.

La forme de fraude présentée dans l'émission Factcheckers, qui consiste pour une personne à utiliser un terminal de paiement sans fil pour voler des gens en tenant un terminal contre leur poche de pantalon ou leur sac à main sans qu’ils s'en rendent compte, a déjà été décrite dans la presse et sur les médias sociaux, mais dans la pratique, elle est très peu probable.

Le butin potentiel est très limité et le risque pour le fraudeur de se faire prendre ou d’être tracé est très élevé. Le rendement que cette forme de fraude peut générer est si faible par rapport aux risques encourus par le fraudeur qu'elle ne se produit pratiquement jamais. Nous n'avons d’ailleurs pas connaissance d'incidents en Belgique.

Par ailleurs, en tant que consommateur-trice, vous êtes bien protégé-e en cas de fraude via un paiement sans contact. Votre banque vous remboursera toujours le montant perdu (sous réserve d'enquête), sauf en cas de fraude de la part du ou de la client-e.

Le paiement sans contact est et reste donc un moyen convivial et sûr de payer. Ainsi que le confirment la proportion élevée de paiements effectués sans contact (57%) et la confiance que les gens témoignent à ce mode de paiement.

Identification du fraudeur

Il n’est pas aisé de se procurer un terminal de paiement et de l'utiliser pour effectuer des transactions sans être identifié. Pour obtenir un terminal, le ou la commerçant-e doit conclure un contrat avec un acquéreur. Cet acquéreur est l'institution financière qui traite les paiements par carte pour le compte de ce/cette commerçant-e et qui le paie. L’acquéreur est tenu d’en passer par un processus « Know Your Customer » (connaissez votre client-e) pour chaque commerçant-e, ce qui signifie qu'il doit vérifier scrupuleusement l'identité de celui/celle-ci. Une fois la transaction frauduleuse réalisée, il est donc facile pour l'acquéreur (et surtout pour la police) de retrouver l'identité du fraudeur.

Un butin limité

Le butin potentiel est par ailleurs très limité. Sans le code PIN du titulaire de la carte, le montant maximum qui peut être retiré par transaction d’un compte n’est que de 50 euros. Ce montant est au demeurant très incertain, car le fraudeur ne sait pas quel est l'état de ce compte ou des dépenses de sa victime.

Car en plus de la limite de 50 euros par transaction, il existe également une limite cumulée pour les paiements successifs sans code PIN (100 ou 150 euros selon la banque). Si cette limite est dépassée, le code PIN devient obligatoire. Dans ce cas, le voleur ne peut récolter aucun butin. 

Les limites ci-dessus ont été fixées par la deuxième Directive sur les paiements (DSP2) et visent à maintenir un équilibre entre sécurité et facilité d'utilisation.

Faisabilité limitée

Il faut aussi noter que dans un portefeuille, une carte de paiement se trouve souvent rangée entre d'autres cartes qui ont également une puce intégrée avec fonction sans contact, ce qui rend plus difficile la connexion entre la puce de la carte sans contact concernée et le terminal frauduleux. De plus, la carte doit être tenue pratiquement contre le terminal pour qu'une transaction sans contact puisse passer. Compte tenu de sa faisabilité limitée, cette forme de fraude ne débouche pas souvent sur une transaction réussie.

Le butin potentiel est donc fort limité et les risques pour le fraudeur de se faire prendre et tracer sont très élevés. Le rendement que cette forme de fraude peut produire est si faible au regard des risques encourus par le fraudeur qu'elle ne se produit pratiquement jamais. Nous n'avons pas non plus connaissance d'incidents en Belgique.

De nombreux paiements sans contact, pratiquement aucun signalement de fraude

Les paiements sans contact deviennent de plus en plus courants et en Belgique, nous ne voyons pratiquement aucun signalement de fraudes qui auraient été commises via la carte de paiement sans contact. C'est remarquable, car ces deux dernières années, la proportion de paiements sans contact a fortement augmenté dans notre pays : nos chiffres montrent qu'en décembre 2021, 57,70% de tous les paiements effectués à l’aide d’une carte de débit dans un magasin étaient sans contact. A titre de comparaison, en février 2020, ce chiffre n'était que de 16 %. C'est donc plus de trois fois plus en moins de deux ans.

Cette utilisation fréquente de la carte de paiement sans contact, associée à l'absence de signalements de fraude, montre qu'il s'agit d'un instrument de paiement très convivial et sûr. La confiance du ou de la client-e est donc justifiée.

Cela en fait également une alternative valable et peut-être même la meilleure alternative à l'argent liquide. Après tout, si vous perdez votre portefeuille ou qu'il est volé, vous perdez l'argent qu'il contenait. Avec les cartes sans contact, le risque lié au montant est réduit, d’autant qu’il existe aussi une limite au montant que vous risquez éventuellement de perdre. De plus, il est prévu un cadre assurant une protection contre cette perte qui peut être récupérée.

Paiement sans contact : comment ça marche ?

  • Vous payez moins de 50 euros ou juste 50 euros ? Vous tenez votre carte près du terminal pour payer et en quelques secondes, c’est fait.
  • Vous payez plus de 50 euros ? Pas de problème ! Il suffit de tenir votre carte près du terminal et celui-ci vous demandera de saisir votre code PIN.
  • Si vous effectuez plusieurs paiements sans contact consécutifs d’un maximum de 50 euros chacun (donc sans code PIN) et que vous dépassez un total de 100 ou 150 euros* (par exemple 10 euros + 45 euros + 25 euros + 25 euros), vous devrez saisir votre code PIN. Après cela, il sera à nouveau possible d'effectuer des paiements sans contact sans code PIN.

(*) Certaines banques utilisent une limite cumulative de 100 euros, d'autres de 150 euros (le maximum légal).

Et si quelque chose tourne mal ?

Si de l'argent disparaît malgré tout de votre compte, par exemple en cas de vol de votre carte ou si vous perdez votre carte et que quelqu'un effectue un paiement sans contact (sans code PIN) avec celle-ci, la banque remboursera toujours au/à la client-e le montant perdu (sous réserve d'une enquête), sauf s’il/si elle a commis une fraude.

En cas de perte ou de vol, il est de la responsabilité du/de la client-e de faire bloquer sa carte de paiement dans les plus brefs délais via Card Stop (+32 78 170 170). Cela rendra également impossible les transactions sans contact sans code PIN.

Tous les communiqués de presse